Retour aux résultats de recherche

Votre sélection

Vous n'avez pas sélectionné de conférencier.

Jean-François Copé

Jean-François Copé

Ancien porte parole du gouvernement et président de l'UMP, homme politique
Langue : Français

  • Catégories

  • Administration, Gestion & Politique
  • Economie & Finances
  • Types d'événements

  • Conférence
  • Sujet

Jean François Copé est un homme politique français qui fut porte-parole du gouvernement et président de l’UMP.

Diplômé de Sciences Po Paris puis de l’ENA en 1989, il est directeur de cabinet du président du Crédit local de France de 1990 à 1993. Durant la même période, Jean-François Copé est également maitre de conférences d'économie et de finances locales à Sciences Po.

Après son adhésion au RPR, il devient membre de la cellule de réflexion économique de Jacques Chirac en vue des élections

En savoir plus

Jean François Copé est un homme politique français qui fut porte-parole du gouvernement et président de l’UMP.

Diplômé de Sciences Po Paris puis de l’ENA en 1989, il est directeur de cabinet du président du Crédit local de France de 1990 à 1993. Durant la même période, Jean-François Copé est également maitre de conférences d'économie et de finances locales à Sciences Po.

Après son adhésion au RPR, il devient membre de la cellule de réflexion économique de Jacques Chirac en vue des élections présidentielles de 1995. Durant cette année, il devient délégué général au projet société du RPR.

1995 marque aussi sa victoire aux élections municipales de la ville de Meaux, à seulement 31 ans. Il se fixe deux priorités : la rénovation urbaine et la sécurité. Sur le plan culturel, il lance en 2003 le festival Muzik’Elles, consacré aux artistes féminines qui fête en 2014 sa 10e édition. Il sera réélu maire de cette ville en 2005.

Député de Seine et Marne jusqu’en 1997, il devient en 1998 secrétaire national du RPR puis secrétaire adjoint jusqu’en 2002.

Entre 2000 et 2002, il devient directeur de cabinet du président du directoire de la société Dexia Crédit et président du conseil d'administration de l'Institut des managers du développement local.

Porte-parole du gouvernement de 2002 à 2007, il est également nommé en 2004 ministre délégué de l’intérieur et ministre délégué du budget.

Il devient par la suite président du groupe UMP à l’assemblée nationale puis secrétaire général de l’UMP, années durant lesquelles il fait voter une loi relative à la représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d'administration et de surveillance des sociétés françaises, appelée «loi Copé-Zimmermann ».

 

Revenir à la version courte
Cover van Manifeste pour une droite décomplexée

Manifeste pour une droite décomplexée

Commander

La défaite de Nicolas Sarkozy ouvre une nouvelle ère politique. Pour la première fois, la gauche détient presque tous les pouvoirs. Dans cette situation inédite, que va devenir la droite ? Est-elle condamnée à la division et à l’échec ? Comment peut-elle se reconstruire alors que le Front national est en embuscade ? C’est l’enjeu du congrès de l’UMP qui doit désigner le prochain leader de l’opposition. Au-delà du sort de la droite et du centre, c’est la tournure du quinquennat qui se joue avec cette élection : qui sera l’opposant numéro 1 de François Hollande ?
Candidat à la présidence de l’UMP, Jean-François Copé ne laisse personne indifférent... et pourtant on le connaît très mal. Décidé à briser une image parfois caricaturale, il se livre sans détour, révélant la flamme qui l’anime. Dans un manifeste percutant, il dessine sa vision d’une droite républicaine, moderne et décomplexée. Il apporte sa part de vérité sur toutes les questions taboues que se posent les militants de l’UMP : le bilan du sarkozysme, la « guerre des chefs » à droite, la peur du déclin, l’argent et les « riches », l’immigration, l’extrême droite, la laïcité et le communautarisme, les questions de société, les rapports avec les médias et la domination culturelle de la gauche, les recettes pour regagner des territoires difficiles…
Première pierre de la reconquête à droite, ce livre passionnera ceux qui aiment la politique et qui veulent préparer le recours face à la gauche.

Cover van Promis j'arrête la langue de bois

Promis j'arrête la langue de bois

Commander

Pour la première fois, un ministre raconte sa traversée du quinquennat. Jean-François Copé abandonne la langue de bois et dévoile ce qu'il a vécu au jour le jour depuis qu'il est entré au gouvernement. Comment il a attendu fiévreusement que le téléphone sonne les jours précédant sa nomination. 

Comment il prépare ses interventions télévisées. Comment il a vécu de l'intérieur les grandes crises - retraites, canicule, banlieues - qui ont secoué la majorité. Comment il a affronté la polémique sur son appartement de fonction. Comment, ministre du Budget, il négocie avec ses collègues des coupes parfois douloureuses. Bref, les mille et une choses de la vie qui constituent l'envers du décor ministériel. Rapports de force, gestion des ambitions, liens entre argent et politique, jeu avec les médias, Jean-François Copé n'élude aucune des réalités souvent cachées par les dirigeants. A un an de la présidentielle, il en profite pour établir un diagnostic sans tabou de la France d'aujourd'hui. Et lancer quelques propositions chocs.

Cover van Un député, ça compte énormément ! : Quand le parlement s'éveille

Un député, ça compte énormément ! : Quand le parlement s'éveille

Commander

Jean-François Copé avait promis d''arrêter la langue de bois, il tient promesse !
C'est la première fois qu''un député en exercice dénonce avec autant de vigueur les dérèglements du parlement. Celui qui n'a jamais caché son ambition avance des propositions audacieuses pour rendre nos institutions plus démocratiques et plus efficaces.
Sans rien dissimuler des coulisses du pouvoir, Jean-François Copé raconte sa sortie du gouvernement par Nicolas Sarkozy et sa reconversion au parlement. Il nous fait partager la découverte de cet univers et les tensions politiques inhérentes : jeux de faux-semblants dans l'hémicycle, délires de l'obstruction, faiblesse des moyens d'investigation des assemblées, rivalités avec les cabinets ministériels.
Le président du groupe majoritaire à l'Assemblée nationale évoque aussi le nouveau rapport de pouvoir entre le Président et les parlementaires. Retraçant la révolution institutionnelle en cours, il prend à contre-pied tous ceux qui présentent Nicolas Sarkozy comme un « monarque absolu ».
Et si, contre toute attente, ce quinquennat marquait le passage à un régime présidentiel où les députés ont enfin leur mot à dire ?