Retour aux résultats de recherche

Photos


Votre sélection

Vous n'avez pas sélectionné de conférencier.

Fatima Bhutto

Fatima Bhutto

Héritière de la dynastie Bhutto. Journaliste et écrivain Pakistanaise
Langue : Anglais

  • Catégories

  • Administration, Gestion & Politique
  • Arts & Culture
  • Histoire
  • Médias & Journalisme
  • Types d'événements

  • Modérateur / trice
  • Sujet

  • Pakistan
  • Journalisme
  • Littérature


Fatima Bhutto est la petite-fille de Zulfikar Ali Bhutto exécuté en 1979, la nièce de Shahnawaz Bhutto tué en 1985, la fille de Mir Murtaza Bhutto assassiné en 1996 et la nièce de Benazir Bhutto assassinée en 2007.


C’est aussi une poétesse et journaliste pakistanaise née en Afghanistan en 1982. Elle a étudié les sciences politiques à l’université de Columbia à New York et à l’Ecole des Etudes Orientales et Africaines de l’Université de Londres.


Elle est l’auteur de trois livres. Son

En savoir plus

Fatima Bhutto est la petite-fille de Zulfikar Ali Bhutto exécuté en 1979, la nièce de Shahnawaz Bhutto tué en 1985, la fille de Mir Murtaza Bhutto assassiné en 1996 et la nièce de Benazir Bhutto assassinée en 2007.

C’est aussi une poétesse et journaliste pakistanaise née en Afghanistan en 1982. Elle a étudié les sciences politiques à l’université de Columbia à New York et à l’Ecole des Etudes Orientales et Africaines de l’Université de Londres.

Elle est l’auteur de trois livres. Son dernier livre, traduit en français, le Chant du sabre et du sang raconte l’histoire de la dynastie Bhutto qui est très liées à celle du Pakistan.

Fatima Bhutto est journaliste au Jang, journal Pakistannais et au Guardian.

Elle vit et écrit à Karachi au Pakistan.
 

Revenir à la version courte

Speakers Academy® Magazine 2011

Lire l'article
Cover van Le chant du sabre et du sang

Le chant du sabre et du sang

ISBN: 9782283024546

Le soir du 20 septembre 1996, à Karachi, Fatima Bhutto, âgée de quatorze ans, se terrait chez elle avec son petit frère, Zulfi, qu’elle tentait de protéger de son corps pendant que dehors dans la rue résonnaient les crépitements d’une fusillade qui ne dura pas moins d’une heure. Ce fut la nuit de la mort de son père Mir Murtaza Bhutto avec six de ses associés. Le 27 décembre 2007, à Rawalpindi, Benazir Bhutto, la tante de Fatima et celle-là même que Fatima accuse d’avoir commandité la mort de son père, tomba sous d’autres balles. Ce fut le dernier d’une longue liste de drames au sein d’une des dynasties les plus célèbres du monde au même titre que celles des Kennedy ou des Gandhi.
Le chant du sabre et du sang raconte sur quatre générations, la saga d’une famille de riches propriétaires descendants d’une caste de guerriers du Rajasthan qui devinrent les décideurs politiques du Pakistan, et entrelace amours, glamour et excès d’une élite politique cosmopolite. L’histoire de cette dynastie hors normes reflète les tumultueux événements du Pakistan, de sa naissance à aujourd’hui, ainsi que la quête de la vérité sur la mort de son père adoré menée par Fatima au cœur de l’establishment versatile du pays.
C’est un livre d’amour d’une fille qui reconstitue le film de la vie et de la mort de son père. Et le livre d’une famille et d’un pays rivés l’une à l’autre par les meurtres, la corruption, les conspirations et les déchirements, écrit par celle qui en a tout vécu, au cœur de l’orage. Comme l’écrit si bien William Dalrymple à propos du Chant du sabre et du sang, « s’il n’y a qu’une seule personne née pour écrire cette histoire, c’est bien Fatima Bhutto »