Retour aux résultats de recherche

Photos


Votre sélection

Vous n'avez pas sélectionné de conférencier.

Catherine Destivelle

Catherine Destivelle

L’'escalade est sa passion première
Langues : Anglais, Français

  • Catégories

  • Motivation & Inspiration
  • Sport, Aventure & Expedition
  • Types d'événements

  • Conférence
  • Sujet


« L’escalade est ma passion première et mon jeu favori : en montagne, en falaise, en compétition, en voyage, de par le monde... Pour moi grimper c’est aussi entreprendre : conseil technique pour les équipements de montagne, conférences et organisation de séminaires pour les entreprises. Passionnés de la verticale ou simples curieux, visiteurs ou professionnels, je vous invite à découvrir ‘mes’ montagnes. » L’alpiniste française Catherine Destivelle écrit sur son site internet qu’elle a fait

En savoir plus

« L’escalade est ma passion première et mon jeu favori : en montagne, en falaise, en compétition, en voyage, de par le monde... Pour moi grimper c’est aussi entreprendre : conseil technique pour les équipements de montagne, conférences et organisation de séminaires pour les entreprises. Passionnés de la verticale ou simples curieux, visiteurs ou professionnels, je vous invite à découvrir ‘mes’ montagnes. » L’alpiniste française Catherine Destivelle écrit sur son site internet qu’elle a fait de sa passion son métier. Elle se sent avant tout alpiniste et grimpeuse, elle se sent bien dans la nature, elle adore faire partager ses goûts, elle déteste les à-peu-près, elle aime se sentir au mieux de sa forme, s’investir à moitié ne l’intéresse pas trop, elle recherche la qualité partout, elle a le goût des contacts et de l’ouvrage bien fait. Photos, films, livres, relations avec les partenaires, elle a partout le souci du professionnalisme.

Ses parents ayant quitté l’Algérie pendant ses premières années, elle partage sa vie entre la région parisienne et Audresselles où elle passe ses vacances. C’est en fréquentant la forêt de Fontainebleau qu’elle découvre l’escalade. À 15 ans, elle en a dominé les rochers les plus difficiles, et dès ses 17 ans, elle se mesure aux Alpes à l’insu de sa famille. Entre 20 et 25 ans, elle délaisse sa passion pour devenir kinésithérapeute. Dès le début des compétitions d’escalade elle cueille les meilleures places, et en falaise elle réussit le premier 8 féminin. Avide de découvertes et de rencontres, elle commence aussi à parcourir le monde : elle ne cessera plus de ramener des reportages de ces voyages. Elle est devenue célèbre mais se lasse de la compétition, de ses routines exigeantes, de son univers clos.

Elle rêve à nouveau d’aventures en montagne. En 1990 elle grimpe en libre la tour de Trango au Pakistan et en solitaire le pilier Bonatti au Dru. En juin 1991, anticipant la redécouverte des grands voyages de l’escalade artificielle, elle ouvre seule en onze jours un nouvel itinéraire sur la face ouest des Drus. En 1992, elle réussit seule, en 17 heures, l’ascension de la face nord de l’Eiger. La même année elle tente l’immense pilier du Latok au Pakistan.

Début 1993 elle réalise l’hivernale solitaire de la face nord des grandes Jorasses, et fait au printemps une tentative sur le pilier ouest du Makalu, au Népal. En hiver 1994 le triptyque des grandes faces nord des Alpes s’achève avec la voie Bonatti au Cervin. En 1995 elle gravit la face sud ouest du Shishapangma au Tibet et fait une tentative sur la face sud de l’Annapurna. Début 1996 elle est victime d’un accident en Antarctique, mais peut reprendre son activité dès la fin de l’année. Au début de l’été 1999, en deux jours, Catherine réussit en solitaire la Directe de la Face nord de la Cima grande di Lavaredo, la voie Brandler-Hasse. En 2010 son petit Victor a déjà 12 ans, et Catherine vit toujours ses passions avec la même fraîcheur.
 

Revenir à la version courte
Catherine Destivelle climbing solo in Mali
Catherine Destivelle climbing solo in Mali