Retour aux résultats de recherche

Votre sélection

Vous n'avez pas sélectionné de conférencier.

Bruno Parmentier

Bruno Parmentier

Spécialiste des questions d'agriculture et d'alimentation mondiales
Langue : Français

  • Catégories

  • Administration, Gestion & Politique
  • Commerce
  • Histoire
  • RSE responsabilité sociale des entreprises
  • Santé
  • Types d'événements

  • Conférence
  • Sujet

  • Agriculture mondiale
  • Nourrir les hommes
  • Faim dans le monde

Né le 6 juillet 1948, Bruno Parmentier est auteur, conférencier et consultant. Il a été diplômé de l’Ecole des Mines de Paris et de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes en 1972. 

Après une carrière effectuée, en France et au Mexique, pour une bonne part dans la presse (Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes) et dans l’édition (Editions La Découverte, Editions du Cerf, Centre National de Documentation Pédagogique), il a dirigé de 2002 à 2011 le Groupe Ecole Supérieure d’Agriculture d’Angers.

En savoir plus

Né le 6 juillet 1948, Bruno Parmentier est auteur, conférencier et consultant. Il a été diplômé de l’Ecole des Mines de Paris et de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes en 1972. Il est marié et a 4 enfants.

Après une carrière effectuée, en France et au Mexique, pour une bonne part dans la presse (Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes) et dans l’édition (Editions La Découverte, Editions du Cerf, Centre National de Documentation Pédagogique), il a dirigé de 2002 à 2011 le Groupe Ecole Supérieure d’Agriculture d’Angers.

Il est l’auteur de la trilogie : Sur l’agriculture : Nourrir l’humanité, les grands problèmes de l’agriculture mondiale (Editions La Découverte 2007, édition de poche en 2009), Sur l’alimentation Manger tous et bien (Editions du Seuil 2011) Sur la faim : Faim zéro, en finir avec la faim dans le monde (Editions La Découverte 2014). Il consacre dorénavant l’essentiel de son temps à des conférences ou des interventions dans les médias autour de l’agriculture, l’alimentation et la faim.

Il est, entre autres, administrateur de l’Association pour une Agriculture écologiquement intensive, de la Société des lecteurs du Monde, de la Fondation de l’enfance, d’Action contre la faim, de SOliHA – Solidaires pour l’habitat des Pays de la Loire (Ligue contre les taudis) et du CNAM des Pays-de-la-Loire et président du Comité de contrôle de Demain la Terre.

Revenir à la version courte

"Faim Zéro" Extraits de presse

Lire l'article
Cover van Faim zéro, nourrir l'humanité

Faim zéro, nourrir l'humanité

En 2000, les Nations unies établissaient les « objectifs du millénaire » visant à réduire drastiquement le nombre d’affamés dans le monde en quinze ans. Mais, en 2015, on comptera autant de personnes qui ont faim qu’en 2000 et qu’en… 1900, soit 850 millions. Toutes les dix secondes, un enfant continue à en mourir. Cette situation se paye au prix fort : insécurité, guerres, piraterie, terrorisme, émigration sauvage, épidémies. La faim tue bien plus que les guerres… Pourquoi, alors qu’on a réussi en un siècle à nourrir 5 milliards de personnes supplémentaires, ne peut-on l’éradiquer ? Aujourd’hui, la faim n’est plus seulement fille de l’ignorance ou des incidents climatiques, mais principalement de la cupidité, de l’incurie et de l’indifférence. C’est ce que montre Bruno Parmentier dans ce livre argumenté et pédagogique : il s’agit d’un phénomène politique, et son élimination relève donc de l’action politique. Certains pays remportent ainsi des victoires, tels la Chine, le Viêt-nam ou le Brésil – avec son programme « Faim zéro » –, alors que d’autres stagnent, comme l’Inde, ou reculent, comme la plupart des pays d’Afrique subsaharienne. Malgré le réchauffement de la planète et l’augmentation de la population, malgré l’accaparement des terres ou la production d’agrocarburants au détriment des aliments, les solutions existent pour que tous mangent à leur faim, dès lors que les États se décident à agir : « renutrition » d’enfants en danger de mort ; encouragement des techniques de production agricole agroécologiques, y compris dans la petite agriculture familiale ; soutien ciblé au revenu des mères de famille fragilisées ; promotion de nouvelles alliances financières public-privé, etc. On peut y arriver, explique ce livre optimiste, si les citoyens, leurs organisations et leurs gouvernements reconnaissent la faim comme le principal problème que doit affronter l’humanité.

Commander
En 2000, les Nations unies établissaient les « objectifs du millénaire » visant à réduire drastiquement le nombre d’affamés dans le monde en quinze ans. Mais, en 2015, on comptera autant de personnes qui ont faim qu’en 2000 et qu’en… 1900, soit 850 millions. Toutes les dix secondes, un enfant continue à en mourir. Cette situation se paye au prix fort : insécurité, guerres, piraterie, terrorisme, émigration sauvage, épidémies. La faim tue bien plus que les guerres… Pourquoi, alors qu’on a réussi en un siècle à nourrir 5 milliards de personnes supplémentaires, ne peut-on l’éradiquer ? Aujourd’hui, la faim n’est plus seulement fille de l’ignorance ou des incidents climatiques, mais principalement de la cupidité, de l’incurie et de l’indifférence. C’est ce que montre Bruno Parmentier dans ce livre argumenté et pédagogique : il s’agit d’un phénomène politique, et son élimination relève donc de l’action politique. Certains pays remportent ainsi des victoires, tels la Chine, le Viêt-nam ou le Brésil – avec son programme « Faim zéro » –, alors que d’autres stagnent, comme l’Inde, ou reculent, comme la plupart des pays d’Afrique subsaharienne. Malgré le réchauffement de la planète et l’augmentation de la population, malgré l’accaparement des terres ou la production d’agrocarburants au détriment des aliments, les solutions existent pour que tous mangent à leur faim, dès lors que les États se décident à agir : « renutrition » d’enfants en danger de mort ; encouragement des techniques de production agricole agroécologiques, y compris dans la petite agriculture familiale ; soutien ciblé au revenu des mères de famille fragilisées ; promotion de nouvelles alliances financières public-privé, etc. On peut y arriver, explique ce livre optimiste, si les citoyens, leurs organisations et leurs gouvernements reconnaissent la faim comme le principal problème que doit affronter l’humanité.
Cover van Manger tous et bien

Manger tous et bien

« Avant », les rapports à la nourriture étaient angoissants, mais simples : on voulait être sûr de manger demain et on espérait ne pas mourir après souper. Aujourd’hui, en France, on n’a plus faim, mais on n’a jamais autant parlé de nourriture ni d’agriculture. On réclame à la fois du simple, sophistiqué et pratique, traçable et biologique, équitable et local, rapide et diététique, équilibré et varié, traditionnel et moderne, issu du terroir et exotique… Mais surtout, on veut maigrir ! Sans oublier qu’ayant voulu gagner du temps, on a confié à d’autres une bonne partie de la préparation de notre nourriture, ce qui nous angoisse, car « on ne sait plus ce qu’on mange ».

Commander
Aucun résumé disponible
Cover van Nourrir l'humanité- Les grands problèmes de l'agriculture mondiale au XXIe siècle

Nourrir l'humanité- Les grands problèmes de l'agriculture mondiale au XXIe siècle

Nourrir les Français ? La tâche est relativement facile depuis qu’a disparu la malédiction millénaire qui rendait chacun inquiet de sa subsistance quotidienne. Nourrir l’humanité ? Un défi bien plus complexe face au scandale des 850 millions de personnes qui ne peuvent manger à leur faim et aux trois milliards d’humains supplémentaires qu’il faudra nourrir en 2050. Cela frise l’impossible, alors que la planète va manquer d’eau, de terre et d’énergie et que nous devrons affronter les effets de nos inconséquences actuelles : réchauffement de la planète, pollution, érosion, perte de la biodiversité…

Commander
Aucun résumé disponible
Bruno Parmentier: Nourrir l'humanité at TEDxLoire
Bruno Parmentier: Nourrir l'humanité at TEDxLoire